Ce fut une année terne pour la paire USD/JPY qui, à quelques exceptions près, l'a passé en range. Mais vu en perspective, l'action des prix au cours de ces 12 derniers mois en dit long. La paire a plongé d'un sommet annuel de 118,60 en janvier pour clôturer ce premier mois à 112,07, terminant maintenant l'année à peine 150 pips au-dessus. Le creux annuel a été établi en septembre à 107,31. Une BoJ en attente dans un contexte d'inflation obstinément basse, associée à une Fed prévisible incapable d'inciter à la demande du dollar.

Depuis qu'elle a modifié son cadre de contrôle de la courbe des taux en septembre 2016, la Banque du Japon n'a guère fait autre chose. La banque centrale a maintenu son taux d'intérêt inchangé à 0,1%, en se concentrant sur le contrôle de la courbe des rendements, en maintenant le taux des obligations d'État à 10 ans près de zéro pour cent, une déclaration silencieuse indiquant qu'il n'y a pas beaucoup plus à faire. Entre-temps, la banque centrale continue d'acheter des obligations.

Les Abenomics n'ont que partiellement fonctionné, l'économie connaissant une croissance du PIB de 2,5% au troisième trimestre 2017. L'inflation reste cependant bien loin de leur objectif de 2%. Les prix à la consommation au Japon ont augmenté de 0,2% d'une année sur l'autre en octobre 2017, après 0,7% au cours des deux mois précédents et un consensus de marché correspondant, le plus bas depuis mars. L'IPC de base a augmenté de 0,8% au cours du mois mentionné. Le principal problème auquel le Japon est confronté ces jours-ci est la faible croissance des salaires. C'est la raison pour laquelle la croissance économique ne s'est pas traduite par une inflation plus élevée. Au cours du même trimestre, la consommation privée a diminué de 0,5%, un signe inquiétant, mais pas surprenant, puisque les salaires réels ont augmenté pour la première fois en octobre, alors qu'ils ne gagnent que 0,2%.

Comme cela a été dit, la marge de manœuvre de la Banque du Japon est faible et un changement d'orientation de la politique monétaire actuelle est hors de vue pour le moment. Cependant, Kuroda & Co. peut être chanceux et voir enfin l'inflation augmenter, non pas à cause de sa politique monétaire ultra-souple, mais à cause de la reprise économique mondiale. En outre, il ne semble pas que l'économie américaine puisse dépasser ses principaux concurrents en termes de croissance. En fait, il semble plus probable qu'elle sera à la traîne au milieu des interférences politiques continuelles. Le futur président de la Fed, Jerome Powell, est le seul facteur inconnu dans cette équation, mais dans le contexte actuel, Powell pourrait promettre beaucoup, mais il reste à voir ce que le marché achèterait.

Le yen japonais a plus de chances que jamais de se raffermir face au dollar l'année prochaine.

USD/JPY
Perspectives techniques
USD/JPY weekly

Il y a une situation particulière autour de la paire USD / JPY qui vaut la peine d'être ajoutée au début de cette vue technique: la paire a tendance à se déprécier au premier trimestre de chaque année, avant la fin de l'année fiscale qui se termine fin mars , principalement en raison du rapatriement par le yen des bénéfices réalisés à l'étranger par les sociétés avant la fermeture de leurs comptes . Bien qu'il ait progressivement diminué au cours des dernières années, il continue d'être un grand moteur de marché à compter de février.

Un autre facteur important à prendre en compte est le comportement des bons du Trésor américain. Au-delà de la situation au Japon, la paire a suivi la tendance des rendements presque exclusivement au cours de la seconde moitié de l'année, ignorant le rebond des actions pour atteindre des sommets, et le sentiment du risque faisant des impressions limitées dans la paire.

Après être montée directement de 101.18 à 118.66 fin 2016, la paire a entamé un mouvement correctif qui a atteint son plus bas niveau en août dernier avec un retracement de 61.8% du rallye mentionné. Le retracement de 23,6% de ce rallye à 114,56 pour être précis, a été un obstacle majeur tout au long de l'année, et tandis que le prix se rapproche de ce dernier, il n'y a aucun catalyseur en vue qui pourrait réellement déclencher une telle cassure haussière. Pourtant, la paire pourrait entrer dans un marché haussier seulement sur une progression régulière au-delà du sommet de 2017 mentionné à 118,60. Pour confirmer une tendance baissière, en revanche, la clé est la région de 108,00 qui pourrait ouvrir des portes pour une baisse régulière vers la zone de prix de 105,00.